25/08/2010

Joana Vasconcelos

Voici une artiste portugaise haute en couleurs dont j’ai fait la découverte lors d’une de ses expositions au musée d’art moderne et contemporain  Museu Colecção Berardo (nom du riche collectionneur qui a ouvert sa collection au public avec ce musée) de Lisbonne en mai dernier.
Née à Paris en 1971, Joana Vasconcelos vit et travaille à LisbonneSes œuvres sont faites d’accumulation d’objets principalement du quotidien, qui sont détournés de leur fonction ou de leur symbolique première. On peut alors faire un parallèle avec le Nouveau Réalisme en France dans les années 60, le Ready-Made de Duchamp et aussi les accumulations d’Arman.

Ainsi l’artiste manipule des éléments de la société de consommation (des baskets, des couverts en plastiques, des blisters de médicaments, des bouteilles), des symboles et des techniques traditionnels portugais (les "azulejos" et les faïences de Bordalo Pinheiro, le tricot, le crochet), et des objets associés à la condition féminine (des chiffons, des tampons hygiéniques, des ustensiles ménagers, des casseroles et leur couvercle). Après une observation des différentes problématiques de la vie de tous les jours, Joana Vascancelos détourne ces objets avec ingéniosité et de façon ludique. Elle leur donne une nouvelle forme et un nouveau sens, qui remettent en question leur signification première. « […] elle déconstruit les valeurs, les us et coutumes de la civilisation occidentale pour commenter l’existence du présent, encadrer l’héritage du passé et imaginer les chemins de l’avenir. » Certaines œuvres invitent le spectateur à agir (Spin, 2001, Meeting Point, 2000)

L’exposition à Lisbonne s’intitulait Sem Rede (Netless / Sans filet), et a été réalisée sous le commissariat de Miguel Amado. Environ 35 œuvres y étaient exposées, dans le but de présenter un panorama de son travail de ses 15 dernières années. C’est la première exposition rétrospective sur Joana Vasconcelos. Malgré le manque d'informations, les œuvres m'ont emportée les unes vers les autres au fil des salles. Celles qui m’ont le plus plu sont les Contaminations : invasion de l’espace par d’immenses peluches en tricot, retour en enfance garanti ! Avec le travail de cette artiste, j'ai ressenti la même chose que dans les rues de Lisbonne: une vitalité créative et une envie de renouveau bouillonnant!
Elle expose régulièrement et participe à des évènements (Biennale de Venise, 2005), alors UN CONSEIL, suivez toute son actualité sur son site internet, et partagez votre opinion !

Catalogue d'exposition: AMADO, Miguel; LEBOVICI, Elisabeth; ZAYA, Octavio, Joana Vasconcelos. Sem Rede / Netless, Lisbonne, 2010, 45,00€

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un p'tit mot, une idée