09/09/2010

Le Bouton sous toutes ses coutures!



Voici un objet des plus banals, et pourtant depuis des siècles il suit notre histoire: le bouton!

Pour collectionner moi-même ce petit objet, je ne pouvais pas ne pas aller voir l’exposition Boutons, phénomène artistique, historique et culturel à la Mona Bismark Fondation cet été. Cela m’a absolument passionnée. L’exposition apportait différents regards…

D’abord une approche historique, avec notamment la présentation du bouton chinois, sans doute le plus ancien, datant de 2500 ans. L’âge d’or du bouton se situe à la fin du XVIIIe siècle, et déjà il n’était pas seulement un élément fonctionnel mais aussi un support où y était représentés des évènements historiques, des monuments culturels, des scènes mythologiques ou quotidiennes ou encore des messages politiques ou amoureux… qui m’ont bien fait sourire.

Ensuite une seconde approche, esthétique, exposait le lien entre les artistes et cet objet. La Haute Couture a favorisé la création de boutons pour l’embellissement de vêtements par des artistes qui y trouvaient là un moyen d’exprimer leur talent. Le travail d’Elsa Schiaparelli avec les surréalistes en est un très bon exemple. J’y ai découvert aussi toutes sortes de formes, de matériaux (diamant, croute de pain, peau d’éléphant), et toutes les nationalités (russe, espagnol, chinois…).

Lisa Kokin, Nineteen Sixty, 2005.
Une troisième approche, celle de la collection, qui était la base même de cette exposition, puisque les plus de 1 500 boutons présentés étaient un échantillon de la collection Loïc Allio, lui-même à l’origine de l’événement. J’ai trouvé que les textes dans chaque salle transmettaient la passion du collectionneur, l’intérêt qu’il a pour cet objet apparemment insignifiant mais qui en dit beaucoup sur son époque. J’étais d’autant plus émerveillée devant chaque vitrine ! La boutique à New York de deux femmes tout aussi passionnées des boutons : Tender Buttons, à l’air renversante!

Le dernier point, c’était le travail de 5 artistes contemporains, qui utilisent comme matériaux premier dans leur œuvre cet élément anodin : Clare Graham, Lisa Kokin, Lauren Levy, Amalia Amaki et Penelope Leaver Green. Le détournement et le recyclage de boutons sont pour eux un moyen d’expression artistique!

Si vous aussi vous avez vu cette exposition ou si vous collectionnez quoi que ce soit, n’hésitez pas à en parler. Vous pouvez vous perdre parmi mes boutons aussi, même si c'est beaucoup moins rock'n roll!


Catalogue d'exposition: COLLECTIF, Boutons, phénomène artistique, historique et culturel, Mona Bismarck Foundation Editions, Paris, 2010, 10€

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un p'tit mot, une idée